125 000 t de déblais du Village des athlètes évacués par la Seine

Haropa-Ports de Paris, VNF et la Solideo ont fait le choix du transport fluvial pour évacuer les déblais du chantier du Village des athlètes des JOP. D’ici à 2024, plus de 500 000 tonnes devraient ainsi emprunter la voie d’eau en direction des centres de valorisation franciliens et des carrières normandes.

Neuf mois après la signature du partenariat entre Haropa-Ports de Paris, VNF et la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques), près de 125 000 tonnes de déblais générés par les travaux de terrassement ont été évacuées par la Seine du chantier du Village des athlètes. Les opérations, qui ont démarré en mai dernier, ont ainsi permis d’éviter que l’équivalent de 6 250 camions n’empruntent les routes franciliennes, mettent en avant les partenaires.

Pic en 2021

Les opérations vont se poursuivre dans les mois à venir pour atteindre un pic en 2021. Au total, d’ici 2024 plus de 500 000 tonnes de déblais devront être évacuées de ce chantier hors normes qui s’étend sur les communes de Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine et L’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Un volume auquel s’ajoutera celui des approvisionnements en matériaux de construction.

Evacuation des déblais du Village des athlètes en Seine-Saint-Denis par barge sur la Seine. © DR

Pour l’heure, les déblais sont chargés depuis les ports de Saint-Denis-l’Etoile et Saint-Ouen-sur-Seine ainsi qu’à partir d’une desserte fluviale installée pour l’occasion par VNF sur L’Ile-Saint-Denis pour être acheminés vers des centres de stockage, de traitement et de valorisation sur les plateformes de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) et de Bruyères-sur-Oise (Val d’Oise) ainsi que vers des carrières normandes. Pour Ports de Paris et VNF, ce chantier se veut emblématique des atouts du transport fluvial qui, selon les partenaires, produit cinq fois moins de gaz à effet de serre à la tonne transportée que le transport routier.

Tags

Sur le même sujet

Top