Elu à la tête de l’UIMM Rouen-Dieppe, Alain Verna s’apprête à quitter la présidence de LSN

Membre fondateur du cluster logistique dieppois Vialog et président de la filière Logistique Seine Normandie (LSN) depuis 2013, Alain Verna vient de faire un pas de côté en acceptant la présidence de l’UIMM Rouen-Dieppe. En succédant à Philippe Enxerian, le P-dg de Toshiba TEC ne tourne pas complètement le dos au monde de la logistique même s’il s’apprête à quitter la présidence de LSN.

Fraîchement élu à la présidence de l’UIMM Rouen-Dieppe Alain Verna le confirme, il va quitter ses fonctions au sein de Logistique Seine Normandie (LSN) « d’ici la fin de l’année ». Un choix validé de longue date mais qui n’avait pu être entériné en juin dernier à cause du report de l’assemblée générale de LSN pour cause de crise sanitaire.

Alain Verna. © DR

En succédant à Philippe Enxerian à la tête de l’organisation professionnelle des métiers de la métallurgie, le P-dg de Toshiba TEC Europe imaging systems (division industrielle du groupe japonais basée en Normandie à Neuville-lès-Dieppe qui produit des encres toner pour les imprimantes multifonctions du groupe) franchit une nouvelle étape, lui qui était déjà membre du bureau et du conseil d’administration de l’UIMM Rouen-Dieppe.

Contractualisation régionale et fusion avec Nov@log

Président de la filière logistique normande depuis 2013, Alain Verna peut quitter LSN avec le sentiment du devoir accompli alors que deux sujets cruciaux et en partie liés sont tranchés ou en passe de l’être. Le premier, c’est la renégociation du contrat triennal avec la région Normandie. Dès son arrivée à la présidence du conseil régional fin 2015, Hervé Morin avait fait de la contractualisation l’alpha et l’omega de sa politique de soutien aux filières. A l’instar du rapprochement de l’Aria et de Mov’eo dans le secteur automobile, l’édile avait pesé pour que l’ensemble des acteurs de la filière logistique normande se retrouvent sous la bannière de LSN.

En parallèle, ces derniers mois, face au choix de l’Etat de ne plus soutenir financièrement le pôle de compétitivité Nov@log, l’idée d’une fusion s’était fait jour. Un projet qui n’est aujourd’hui plus d’actualité depuis que le pôle a été placé en redressement judiciaire le 11 septembre dernier. Au final, et pour rester dans les clous de la politique régionale, LSN s’apprête à assurer la mission d’animation de l’innovation en matière logistique en Normandie et même au-delà, à l’échelle de l’Axe Seine. Soit une partie des attributions de feu Nov@log, « mais sans labellisation de projets », souligne Alain Verna.

L’innovation, une nouvelle corde à l’arc de LSN

Un retour en arrière, en quelque sorte puisque « LSN avait au départ porté le pôle sur les fonts baptismaux », rappelle le président sortant. « A une époque, l’Etat souhaitait séparer les pôles des filières… », se souvient le dirigeant, alors que désormais la Région fait de l’intégration de l’innovation un critère de financement des filières. « Nous étions prêts à cette fusion », alors même que le rapprochement de Nov@log avec son homologue nordiste I-Trans n’avait pu se faire.

Sur le point d’être de nouveau adoubé par le conseil régional pour les trois ans qui viennent, LSN va proposer lors de son AG de décembre de faire évoluer sa gouvernance avec notamment la création d’un collège Innovation et la création d’un comité recherche & innovation. Une gouvernance à laquelle Alain Verna contribuera en qualité de vice-président Industrie.

Sur le même sujet

Top