Un collectif mobilisé pour que la Seine à vélo remonte jusqu’à l’amont

Le collectif Seine à vélo, de la source à la mer a organisé, le 17 mai 2023, un après-midi d’échanges sur les véloroutes le long des fleuves suivi de randonnées en aval et en amont du fleuve.

Inauguré en 2020 dans une certaine discrétion pour cause de Covid 19, le trajet de la Seine à vélo relie aujourd’hui Paris au Havre (Seine-Maritime) et à Honfleur (Calvados). Malgré les efforts de certains départements, la partie amont n’est, elle, pas praticable entièrement. Le collectif Seine à vélo, de la source à la mer se mobilise donc pour que cet itinéraire soit réalisé jusqu’au début du fleuve.

Voie verte au niveau de Choisy-le-Roi. © DR

Créé en 2019, ce collectif informel regroupe une dizaine d’associations qui poussent pour que les collectivités agissent. « Nous avons travaillé sur le parcours, relevé les points noirs et proposé des solutions », rapporte Erick Marchandise, un des membres actifs.

Un parcours à compléter

Aujourd’hui, le trajet entre Paris et Saint-Mammès (Seine-et-Marne) est commun avec la Scandibérique et l’Eurovélo 3, mais certains aménagements pourraient être améliorés, estime le cycliste amateur. Une ligne du projet de RER vélo francilien, soutenu par le conseil régional, devrait venir régler certaines difficultés.

Dans la Bassée, entre Montereau (Seine-et-Marne) et la limite avec l’Aube, les intercommunalités seraient « assez sensibilisées et les choses pourraient avancer », indique-t-il. Le département de l’Aube est, selon lui, « le plus en avance » avec des parties réalisées et d’autres programmés dans les deux ans à venir. « Cela devrait conduire les autres à réagir », espère Erick Marchandise. Le court détour par la Marne est lui aussi prévu.

Prolongement jusqu’à Troyes

Lors de la révision du schéma national des véloroutes, un premier prolongement a été officialisé jusqu’à Troyes (Aube). « Nous souhaitons que la Seine à vélo aille au-delà des sources de la Seine, signale Erick Marchandise. C’est un lieu très joli, qui appartient à ville de Paris, mais qui est un peu perdu, donc nous proposons qu’elle continue jusqu’à Dijon pour avoir une meilleure connexion avec les autres véloroutes et le train. »

Pour appuyer cette demande, le collectif se mobilise, notamment avec la conférence du 17 mai à Draveil (Essonne) qui a permis d’échanger sur le sujet des véloroutes le long des fleuves. Les jours suivants, quatre randonnées ont été organisées de Vernon (Eure) à Fontainebleau (Seine-et-Marne) afin de sensibiliser les acteurs publics sur la nécessité d’agir sur l’amont de la Seine et qu’enfin une collectivité se place comme chef de file de l’opération.

Sur le même sujet

Top