Grand Paris Seine & Oise adopte un PLUI qui concentre les constructions

La communauté urbaine de Grand Paris Seine & Oise a adopté, le 16 janvier 2020, son plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) qui fait du développement économique une orientation majeure.

« Pour moi, comme nous étions structurés en communauté urbaine, il était obligatoire que nous ayons un PLHI et un PLUI », explique Philippe Tautou, président de Grand Paris Seine & Oise, en rappelant les quatre ans de travail qui ont mené à l’adoption du plan local d’urbanisme intercommunal. Lancé début 2016, celui-ci vient en effet d’être adopté (à 108 voix pour, 13 contre et 2 abstentions) par l’intercommunalité yvelinoise qui regroupe 73 communes.

Philippe Tautou, président de la communauté d'agglomération des 2 Rives de Seine.

« Expliquer aux maires qu’ils ne peuvent pas ouvrir à l’urbanisation certaines zones est extrêmement difficile », observe Philippe Tautou. © GPS&O

Une large majorité qui a nécessité un important travail de concertation. « Les réticences sont plus venues des élus que des concitoyens », rapporte Philippe Tautou. En effet, l’objectif de zéro artificialisation des sols avancé par le gouvernement n’est pas simple à mettre en œuvre concrètement. « Expliquer aux maires qu’ils ne peuvent pas ouvrir à l’urbanisation certaines zones est extrêmement difficile », ajoute le président qui se félicite d’avoir pu passer de 1 500 ha constructibles – en additionnant les différents PLU des communes membres – à environ 700 ha dans le PLUI.

16 secteurs à fort développement

Afin de concentrer les projets de construction d’habitat ou de tertiaire, 16 secteurs à fort développement ont été identifiés. Parmi ceux-ci les neuf gares du prolongement du RER E, car la communauté urbaine souhaite que les logements et les bureaux soient créés à proximité de ses hubs de mobilité. 2 300 logements neufs par an sont prévus sur le territoire dont près de 1 000 logements sociaux.

Même raisonnement sur le commerce avec une attention particulière pour ne pas créer de nouvelles zones commerciales hors agglomération, trois pôles importants existant déjà sur le territoire. L’objectif est de ce fait de privilégier l’arrivée de nouvelles activités commerciales en cœur de ville.

Qualité des paysages

Un regroupement des projets qui s’explique aussi par la volonté de « mettre l’accent sur la protection et la valorisation de tous les espaces naturels et paysagers qui maillent le territoire ». « L’environnement est un outil essentiel de notre développement », relève Philippe Tautou qui souligne que la Vallée de la Seine est connue pour sa vocation industrielle mais pas assez pour sa qualité paysagère.

« Le PLUI répond a notre ambition en matière de transition énergétique en prévoyant la création de réseaux de chaleur ou de fermes solaires », fait également valoir le président de l’intercommunalité. Ce plan entrera en vigueur au 1er mars prochain.

Sur le même sujet

Top